Hier…

J’ai promis a mes ex-collegues de Murex d’essayer de poster un peu plus en Anglais. Mais, bon, aujourd’hui je vais faire encore un exception; je vais essayer de le faire en Francais. Un petit effort pour mes amis francophones.

Hier j’ai quitté Murex. Il me restent encore deux jours pour tout ranger avant mon depart. Ca va etre dur, deux jours sans le net, donc je vais profiter du net des maintenant.
Hier j’ai recu des petits mots d’adieux de la part des gens avec lesquels j’ai interragi au cours de cette dernière année. Ce fut une des experiences les plus douleureuses depuis longtemps. Une douleur douce, pourtant. Chaque serrement de main, chaque gentil mot et chaque sourire m’a rapellé des bons moments a Murex. J’en suis temoin, il y en eu des milliers. Meme plus. Des amis que j’avais jamais imaginé d’en faire, et encore plus que j’aurais aimé de connaître mieux.

Je ne pourrais réexprimer mes sentiments et ma peine. Je vais pourtant faire un petit copier-coller du mail que j’ai envoyé hier aux chers amis de Murex:

Au revoir, mes amis
Vous ne pouvez pas imaginer la tristesse de vous quitter.

Chaque minute qui m’approche du moment de départ me fait encore plus de peine et me rappelle les bons moments qu’on a passé ensemble.
Vous avez été mes amis, des meilleurs amis que je l’aurais jamais imaginé en arrivant a Murex il y a plus d’une année déjà. Je me suis senti comme dans une famille, je le dis de tout mon coeur, et je suis désolé de ne pouvoir mieux exprimer ma tristesse. Peut-être parfois les mots ne suffisent pas.

J’essaie alors de soulager ma peine en me disant qu’on se reverra un jour. La vérité est… que on ne le sait jamais. Le monde devient de plus en plus petit, les obstacles disparaissent chaque jour. Peut-être je vais revenir dans le futur en France, ne fût-ce que pour un voyage à Paris. Peut-être ce sera vous qui allez visiter la Roumanie.

Peut-être quelques-uns ont compris les maux qui m’ont fait prendre la décision de rentrer en Roumanie, mais il se peut que j’aurais du en expliquer plus.
Ce ne fut pas uniquement a cause de ma vie sentimentale, bien que ça ait compté beaucoup. Ce fut surtout parce-que je n’étais pas préparé. Je n’étais pas préparé de vivre dans un pays lointain, loin de ma famille et de tout ce qui fut important pour moi autant d’années. Après la fin de mes études ma douleur a continué de pousser. Dorénavant il y aura une autre douleur qui va me chasser: la douleur de vous avoir quitté.

Il faut des fois prendre des décisions douloureuses. C’est mon cas. Mais, après tout, c’est ça la vie, prendre des décisions, même s’ils font mal.

« home